les parjures de pelargir Index du Forum
les parjures de pelargir Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

Un cairn pour le Dùnadan

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les parjures de pelargir Index du Forum -> Le Village -> Le Refuge
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Kerregan
Meneurs

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 26
Localisation: Mereden, 4 rue des chataigniers

MessagePosté le: Mer 4 Juil - 12:03 (2012)    Sujet du message: Un cairn pour le Dùnadan Répondre en citant

Un nouveau cri déchira la nuit dans les profondeurs de la Vieille Foret. Non pas celui de la bête cette fois, mais le cri de douleur du jeune dùnadan alors qu'Aegendor fermait doucement les yeux de son maitre avec un regard désolé pour lui. Daegost n'était plus.

Devant cette dure réalité, Caleor ne pu que crier encore, et encore. Des cris brisant le coeur. Seul moyen pour évacuer cette douleur beaucoup trop forte pour que les larmes, qui coulaient pourtant à flot sur ses joues, suffisent à l'exprimer. Daegost n'était plus.

Se recroquevillant sur sa douleur, s'agrippant au corps de son défunt maitre, Caleor ne pouvait accepter cela. Ce n'était pas possible. C'était un cauchemars, il allait se réveiller...Ce n'était pas possible. Et pourtant ...Daegost n'était plus.

Sourd et aveugle à ce qui pouvait se passer autour de lui, Caleor voyait le destin se rire d'eux. Inconscient du fait qu'Aegendor le serrait contre lui, le dùnadan pensait à son maitre, son cher maitre, qu'il suivait depuis tant d'années avec son frère. Lui qui leurs avait apprit tant de choses , patient, ferme parfois, (manquant cruellement de diplomatie par moment, certes) mais toujours bienveillant, souriant caché dessous sa capuche...Toutes ces années passé sur les routes tout les trois, à lutter, à apprendre...Il était leur maitre, mais également leur ami, et presque leur père par moment...Comment avaient il pu en arriver là?

Il se revoyait encore la veille, lui et Aegendor parlant autour du feu de camp, Daegost les écoutant, adossé dans l'ombre au tronc d'un arbre. La nuit avait été calme, il en avaient profité pour se reposer, se racontant des histoires des temps passés. Les mystères de la Vieille Foret avaient été évoqués, entre deux récits de l'histoire des Dunedain ou ceux de la bataille de Fornost. Aegendor avaient alors pris les Dunedain pour des fous à entendre de telles histoires...Mais qui aurait pu prédire de d'ici peu l'un d'eux y perdrait la vie? Le destin est vraiment bien cruel.

Prostré contre celui qui avait représenté tant pour lui, le jeune dùnadan n'entendit que faiblement le chevalier lui dire qu'il leurs fallait quitter cette endroit. Il protesta: Daegost ne pouvait rester ici, il lui fallait une sépulture. Ce n'est qu'après qu'Aegendor lui ai assuré qu'il n'allait pas le laisser là que Caleor accepta de s'écarter. Aegendor entreprit alors de transporter le corps jusqu'à sa monture tandis que le jeune homme, complètement abattu et perdu, se débrouillait comme il pouvait pour grimper sur la sienne, aussi blessé physiquement qu'il pouvait l'être moralement.

Sortant de cet endroit maudit, ils se rendirent à l'emplacement de leur dernier camp où ils montèrent un cairn pour le dùnadan défunt. Caleor agissait sans réfléchir, sacrifiant ces dernières forces, se mettant les mains en sang, muré dans un silence obstiné, concentré sur cette unique tache consistant à rendre un dernier hommage à ce grand homme. Nulle gloire, nulle richesse ne parerait cette dernière demeure, mais en l'honneur du Dunadan, le cairn fut édifier avec des pierre provenant des antiques ruines d'Arnor qui dissimulaient l'endroit.

D'autres lieux auraient pu offrir un meilleurs cadre...mais où aller sans trouver la marque de la bête? Nen Harn, les collines de Brandes, tout ces lieux magnifiques pollué par sa présence...Ici au moins, il reposerait là où ils avaient pu passer leurs dernière soirée en paix.

Une fois le cairn édifié, le jeune dunadan se laissa tomber à genoux devant, ne bougeant plus, n'en ayant pas la force, ni l'envie. Il se rappelait les paroles que lui avaient sagement dit son maitre peu de temps auparavant : la mort de ses proches est inévitable, il faut savoir l'accepter. Des paroles qui avaient semblé bien dur au jeune dùnadan, trop jeune pour comprendre, pour accepter...Il se souvenait avoir naïvement souhaité accepter la mort avant qu'elle ne vienne à frapper...Là encore comment aurait il pu savoir que cela arriverait aussi tôt? Bien souvent la mort est un facteur amenant à l'acceptation lui avait dit Daegost. Pourtant...pourtant là, agenouillé devant le cairn, n'ayant même plus de larme à pleurer, il ne parvenait pas à accepter, ni à comprendre comment il pourrait l'accepter un jour.

Laissant son cœur s'exprimer, ces mots quittèrent ses lèvres, en dernier hommage à celui qui fut son mentor tandis qu'il posait symboliquement la dernière pierre de l'édifice.

Dannen le
A ú-erin le regi
Goheno nin
Gwannach o innen ului
Ú lû erui, ului.
Namarië Daegost
Noro go hûl
Bado go Eru


(« Vous êtes tombé
Et je ne peux plus vous atteindre
Pardonnez moi
Vous ne quitterez jamais mes pensées
Pas une seule fois, jamais.
Adieu Daegost
Allez avec le vent
Allez avec Eru »)
 

L'absence de larmes rendait cette douleur encore plus dure. Ne quittant pas la tombe des yeux, il laissa échapper tout bas : «  Que vais je devenir maintenant ? » , avant que l'inconscience ait finalement raison de lui, vaincu par ses blessures, sa douleurs, sa fatigue, son chagrin, la peur....La mort change un homme avait dit Aegendor. Cela aussi il était sur le point de le vérifier.

Son sommeil fut des plus perturbé, s'agitant, parlant, criant même parfois, hanté par ses cauchemars et sa douleur. Et à son réveil, il n'était plus que l'ombre de lui même : épuisé, refusant de se nourrir, restant adossé dans l'ombre d'un arbre, cloitré dans un silence des plus profond, tenant l'arc de Daegost, seule relique qui lui resterait désormais et avec laquelle il se promit de venger sa mort...s'il en trouvait la force. 

_________________


Revenir en haut
MSN
Publicité






MessagePosté le: Mer 4 Juil - 12:03 (2012)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Aegendor Berendrad
Membres

Hors ligne

Inscrit le: 19 Fév 2012
Messages: 4

MessagePosté le: Ven 6 Juil - 14:59 (2012)    Sujet du message: Un cairn pour le Dùnadan Répondre en citant

Il était arrivé trop tard.

Tout ce qui est arrivé était trop rapide pour le vieil homme: la poursuite de Junewyn lorsque soudainement, un cri. Caleor qui crie le nom de son maître. Une longue course, trop longue pour le chevalier avec son armure. Un dialogue sans queue ni tête avec Junewyn. L'entrée dans la forêt. Les deux dunedains touchés. La bête devant lui. La bête qui le charge. La bête qui s'enfuit. Le jour se lève. Le soleil, de sa lumière apaisante, aurait dû être une source d'espoir après une telle nuit. Il n'en a rien été. Elle a révélé  la vérité, une terrible vérité.
Daegost a été gravement touché au cou. Se rapprochant, le gondoréen constate qu'il est déjà trop tard. Caleor, lui, le supplie de l'aider. Mais il ne peut rien faire, assistant avec impuissance à la mort du dúnadan. Contrairement à Caleor, il ne pleura pas. La mort l'accompagnait depuis son plus jeune âge et il a été pendant longtemps un lot quotidien de souffrance. Mais il était peiné par cette perte, et cette mort renforçait un sentiment de désespoir trop longtemps étouffé: si même les sages dúnedains ne peuvent pas repousser la bête, qui pourra le faire ?
Soulevant le mentor de Caleor, il le mit sur la monture et sortit tous les deux de la Vielle Forêt, silencieusement. Le soleil était de plus en haut dans le ciel, rayonnant avec insouciance face à ce triste spectacle. En rentrant au camp, Caleor  s'affaira directement à l'édification d'un cairn pour son défunt mentor. Lui disant d'aller chercher de vieilles pierres de ruines arnoriennes, le vieil homme lui prêta assistance, ne disant mot. Il savait que trop bien que les mots ne suffiront pas à faire taire cette douleur grandissante dans le cœur du jeune homme.

Alors qu'ils édifiaient le cairn, le noble sentit le besoin de prendre la parole pour honorer la mémoire du défunt.

"Dans les histoires que l'on nous conte, nous glorifions toujours un héros connu et adoré traversant de terribles épreuves pour occire un ennemi bien plus fort que lui, et ce faisant, connaît par alors une vie heureuse, entouré par sa progéniture. Nous pensons tous que cela n'est que légende. Et pourtant, il y a une part de vérité dans cela. Il existe des hommes et des femmes qui se battent tous les jours pour sauvegarder la vie d'un peuple, de tous les Peuples Libres. Ils obéissent à aucun serment, à aucun pacte: ils agissent de leur propre chef pour ce qu'ils pensent être le bien pour le futur de la Terre du Milieu. Ils se battent tout le long de leur vie pour cela, et ils sacrifient tant de choses tout en restant humbles et modestes. Ils sacrifient leur vie également. Ils sont peu nombreux face à l'Ennemi, mais rien ne semble pouvoir mettre en doute leur dévotion envers la Terre du Milieu. Et pourtant, ces héros, ces vrais héros ne sont jamais conté à nos enfants. Les peuples qu'ils défendent les regardent avec méfiance. Ils sont seuls. Ils sont oubliés de tous.
Aujourd'hui, c'est un héros qui est mort. Un héros méconnu pour tous. Un héros qui a toujours défendu cette région avec ferveur. On ne l'a jamais remercié pour cela, mais il n'attendait point de compliment car la simple vision de ces gens qui pouvaient continuer à vivre paisiblement était pour lui la meilleure façon de le remercier, de le récompenser. Sa mémoire sera honoré par le peu de personnes qui l'ont connu. Et l'Histoire retiendra de lui un homme simple qui a, durant tout son vivant, mené avec le peu de moyen qu'il avait une lutte des plus féroces contre un ennemi puissant et nombreux."

Aegendor déposa alors l'avant-dernière pièce de l'édifice, puis se tourna vers le Nord.

"Puissiez-vous reposer en paix, dúnadan. Que cette plaine sur laquelle vous avez veillé et que vous veillerez à présent jusqu'à la fin des temps puissent rester paisibles, tel que vous l'avez connu. Votre mort ne sera pas vaine, et nous vaincrons cette engeance: son cri ne résonnera plus, et il ne troublera point votre repos."

Il recula, laissant alors Caleor déposer la dernière pierre, l'écoutant parler. Se recueillant en même temps, il ouvrit les yeux quand il entendit le jeune homme s'effondrer. Le soulevant, il le mit dans sa tente délicatement. C'est alors qu'il jura devant la tombe du mentor qu'il veillera à présent sur Caleor pour terminer son apprentissage. La mort est la dernière leçon qu'un père peut apprendre à son fils, et ce dernier a besoin de soutien. Aegendor sera ce soutien et le sera le temps qu'il faudra au dúnadan de comprendre cette ultime leçon.


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 15:57 (2018)    Sujet du message: Un cairn pour le Dùnadan

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    les parjures de pelargir Index du Forum -> Le Village -> Le Refuge Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
darkages Template © larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com